Retour au blog

Une majorité des salariés français placent le bien-être au travail comme tout à fait prioritaire*, avant même le salaire. S’il en va du bonheur et de l’épanouissement de chacun, le bien-être au travail constitue également le ciment de l’engagement et de la performance des salariés. Comment le bien-être et l’engagement peuvent-ils être interdépendants ?

Un lien indéfectible entre l’engagement et le bien-être

Comme le montre Julia de Funès dans son livre (La comédie inhumaine), l’épanouissement d’un salarié repose principalement sur le fait qu’il puisse accomplir ses missions. En effet, pour s’épanouir, les salariés ont besoin de sentir qu’ils contribuent au développement de l’entreprise. Cela peut passer par divers aspects :

  • Connaître le véritable sens de son travail : rien n’est plus motivant que de savoir pourquoi on travaille. Lorsque l’on contribue à un objectif commun ou que l’on sait que nos actions auront de l’impact, cela nous pousse à être plus engagé et concerné par son travail.
  • Avoir à disposition les ressources nécessaires pour mener à bien ses tâches. C’est essentiel car cela permet d’avancer librement et sans obstacle dans son travail mais aussi car rien n’est plus frustrant que d’être limité par un manque de moyens.
  • Pouvoir agir de façon libre et autonome. Les procédures trop longues, le manque de confiance ou un management trop autoritaire et directif sont autant de choses qui brident la créativité et in fine la performance des salariés.
  • Obtenir de la reconnaissance. C’est un point particulièrement important quand on sait que 7 salariés sur 10** disent souffrir d’un manque de reconnaissance au travail. Cela peut prendre des formes très variés et ne pas être seulement une augmentation de salaire ou une promotion. En communiquant ouvertement sur les réussites et les accomplissements de chacun, on améliore l’épanouissement des salariés.

En ce concentrant ainsi sur l’essentiel - mais pas le plus simple - on augmente à la fois le bien-être, l’engagement et la performance. Et les DRH nous confient chaque jour combien ce sont des sujets clés, et bien plus complexes à piloter au quotidien que l’organisation d’un afterwork ou la gratuité de la salle de sport...

Quel est le rôle des managers dans tout ça ?

Les managers ont un rôle clé dans le bien être des équipes puisqu’ils constituent bien souvent l’unique interface entre le collaborateur et l’organisation, avec la lourde tâche d’incarner cette dernière.

  • En terme de communication et de posture, les managers ont aussi un rôle primordial à jouer. C’est ce que montre le concept de sécurité psychologique. En encourageant la prise de risque et la créativité, en favorisant les échanges sur les pistes d’amélioration possibles et en respectant les différences de chacun, le manager instaure un climat de confiance favorisant la performance et l’engagement de chacun.
  • Le manager a également un rôle de modèle à jouer face à ses collaborateurs. Tout d’abord en en prenant soin de son propre bien-être : un manager qui conseille à son équipe de déconnecter sur travail le soir, mais qui envoie lui-même des mails tard le soir ne montre pas le bon exemple. Mais aussi montrant ses propres faiblesses et difficultés sans craindre le jugement des autres, les managers montrent l’exemple. Il est ainsi plus facile pour les collaborateurs d’une équipe d’aborder, à leur tour, leurs propres difficultés sans crainte de jugement.
  • C’est également à lui de reconnaître quand il est temps de passer la main à un professionnel lorsqu’un sujet d’ordre psychologique n’est plus de son ressort. C’est la raison pour laquelle chez Lumm, nous proposons un accès dédié aux managers. Ainsi ils peuvent s’appuyer sur des thérapeutes pour obtenir des conseils sur la conduite à tenir pour être le meilleur soutien possible pour les membres de son équipe. Ou bien détecter lorsqu’il est nécessaire de guider avec bienveillance son salarié vers un professionnel dédié pour obtenir toute l’aide dont il a besoin. Le manager ne doit pas s’investir dans la vie privée ou l’intimité de ses collaborateurs - ce n’est pas la responsabilité qui lui est confiée - et cela pourrait créer de l’inconfort tout chacun.
Les fondamentaux de la gestion de l’humain en entreprise restent les moteurs de bien-être et de performance les plus efficaces. Lorsque les équipes évoluent dans un cadre challengeant, bienveillant et outillé, le travail peut être une source importante d’épanouissement personnel.

**étude Printemps de l’économie 2019*
***étude Lucca : Reconnaissance au travail : le secret de l’engagement ?*